Asie Europe Russie Trains Transsibérien Voyage

De la Gare de Londres à Tokyo

  • Train de Luxe
  • 16 novembre 2017

Avec des milliers de kilomètres au compteur, cette idée a déjà poussé il y a quelques années de cela durant le temps de Staline avec une éventualité de construire un tunnel rattachant la Russie au pays nippon. En 2013, l’idée est révoquée par Vladmir Poutine. Et elle est réitérée pendant la centenaire du train transsibérien trois ans plus tard. Ce dernier étant très connu dans le pays et est la base de la reprise de l’idée de Staline. Le grand projet a été évoqué durant le forum économique oriental de Vladivostok.

Un projet débutant par un plan de base reliant l’île russe de Sakhaline et Hokkaido avec au total 45 km. Le projet est également une occasion d’apaiser la tension entre les deux pays, tout cela incluant un tunnel de 7 km reliant Sakhaline à la Russie continentale. S’attelant sur le progrès à la fois économique et touristique, le projet est lancé au profit du développement de la Russie. C’est également une occasion de profiter de toute la beauté des régions orientales et occidentales sans limite. Le long itinéraire est une immersion au sein des plus grands pays de deux continents. Avec un départ depuis Londres, le train emprunterait les voies passant par les grandes villes européennes. Il passera par Moscou et continuera son parcours transsibérien mais en empruntant la ligne vers Khabarovsk en poursuivant la route jusqu’à Wakkanai au Japon. Un revirement inhabituel étant donné que la dernière gare des Trains Transsibériens est à Vladivostok.

Le long trajet remet donc sur la carte plusieurs villes à visiter. Il faut donc compter 13500 km pour aller de Londres à Japon. Un grand projet qui nécessite un réajustement des écartements des rails étant donné les différences entre ceux des russes, des européens et des japonais. Avec autant de kilomètres, le prix peut revenir très coûteux. Car pour seulement le pont de Sakhaline vers la Russie continentale, il faut débourser presque 7 milliards de dollars canadiens.

D’ici là, un ­voyage de noce transsibérien se limitera au trajet Moscou – Pékin en attendant la concrétisation de ce grand projet.

PAS DE COMMENTAIRES TROUVES

Laisser un commentaire